Stop making sense – Un déjeuner sans herbe

Les rencontres avec mes collègues de français deviennent de plus en plus marrantes, de plus en plus débordantes, de plus en plus délirantes, mais aussi de plus en plus énigmatiques.

Je ne peux pas tout raconter, il faut que j’élague comme Dom est en train de faire avec tous ses classeurs, pour nous laisser à toutes ce qu’il vaut la peine de garder pour l’avenir.

Donc je vais faire une petite chronique, qui sera plutôt du pêle-mêle, un pot pourris de fleurs fraiches, parsemé de couleurs, d’odeurs, de saveurs. Dans nos rencontres on a trouvé notre rythme, on gagne une syntonie, on élargit le domaine de nos interactions, les sujets de conversation et par cela de nos divertissements. Que ce soit au déjeuner d’adieu (ou plutôt au revoir) pour Etienne (à la tienne, Etienne !) ou à l’occasion d’un café en fin de semestre au petit palais (chez Véronique et Joelle), on en profite pour se ravitailler non pas seulement en burrata chez Cosimo ou en flan normand (früher Kerl Hoppla Mensch, décryptez-moi ça !), ou en clafoutis (recettes chez marmiton.com) mais aussi grâce à un bon coup de rire.

Souvent c’est Isabelle qui nous donne le la. Il faut dire qu’Isabelle, Isanic, est une source inépuisable. Elle gargouille, elle bouillonne, elle pétille comme du champagne quand on vient de le déboucher.

http://loradelte.wordpress.com/champagne-mon-amour-3/

Et nous, on reste bouche bée, on éclate de rire, puis on rajoute, on bricole, on retord les boutades, on brode dessus. Dommage qu’on n’ait ni de fil ni de métier à tisser, sinon on pourrait en réaliser des patchworks psychédéliques, ca c’est sûr ! Tout cela, ça va sans dire, sans l’apport de stimulants chimiques ni biologiques !

Entre temps il y a des pistes qui se sont dessinées dans nos bavardages : les animaux, ou plutôt les questions zoologiques les plus inouïes, la cuisine, dans toutes ses variations – il n’est pas pour rien que la cuisine française a été déclarée patrimoine de l’humanité par l’UNESCO – et enfin toutes les questions les plus insolubles, des phénomènes physiques aux problèmes mathématiques, ou aux rébus linguistiques.

Savez-vous comment boivent les lézards ? Et savez-vous ce que c’est un « Nacktmull », un rat taupe nu ? Non ? Et pendant que les autres font des hypothèses, cherchent des réponses, se confrontent, moi je me demande : mais elle les tire d’où, ces questions, Isabelle ?

Bon, là maintenant on le sait, le rat taupe nu, en latin heterocephalus glaber (heterocephalus pourquoi, au fait, parce qu’il a la tète d’un autre ? Et quelle tête, lisez vous-mêmes la description, là je ne veux pas entrer dans les détails, c’est un blog comme il faut, le mien !). Et les lézards, ah non, ils vont pas s’abreuver dans une flaque, pas du tout, ils absorbent l’eau qui se dépose sur leurs écailles et ils la transportent avec un système de lubrification voir hydratation interne très compliqué, dont j’ai oublié le nom, parce qu’entre temps Etienne me conseillait deux séries américaines, How I met your mother et une autre, dont j’ai pas saisi le nom parce que Dominique demandait et la femme du criquet c’est quoi, la criquette ?

Il faudrait pouvoir ce reposer de toutes ces questions, mais il n’y a que Véronique et Joelle qui ont un canapé dans leur petit palais, un canapé IKEA, mais tout de même un canapé, avec un plaid en polaire, tandis que nous, si nous voulons faire une petite sieste, il nous reste pas d’autre choix que d’acheter un Schreibtischschlafsack (ça existe ! ).

Heureusement que c’est les vacances !

http://www.beautys.de/v/fr/fleurs+des+champs+de+fleurs+multicolores+de+fleurs+melange+de+semences+d+ete+des+pres.jpg.html

(http://www.cadeaux-trouvetout.fr/le-sac-de-couchage-taun-taun-pour-les-fans-de-star-wars/)

PS. Pour en savoir plus sur les lézards, si vraiment vous n’avez rien d’autre à faire en vacances.

Annunci
Questa voce è stata pubblicata in animaux, questions e contrassegnata con , , , , . Contrassegna il permalink.

Una risposta a Stop making sense – Un déjeuner sans herbe

  1. bloggiovi ha detto:

    Je recois ce mail et je copie ici:
    “Bonjour Giovanna!
    Parfait et très rafraîchissant ton nouveau billet! J’ai adoré!
    Tu as même poussé le politiquement correct jusqu’à nous refuser la description osée du fameux rat taupe nu: si on clique sur le lien, on se retrouve face aux lézards 😉
    Entre-temps, après quelques jours de vacances, je suis passée à d’autres problématiques: côté animaux, quel est le cri du kangourou dans les différentes langues que nous connaissons? Non, non, je n’étais pas en Australie, mais il va peut-être falloir que j’y aille pour les enregistrer, car personne ne semble s’accorder sur une réponse convaincante, du moins pas dans le camping de la Drôme où j’ai passé quelques jours). Mais au moins, sous la tente – et même sous la terre sous la tente – les rats taupes nus (ce pluriel est-il écrit correctement???) semblaient s’en donner à cœur joie avec leur Reine (il faut dire qu’ils n’en ont qu’une et qu’ils doivent se la partager, les pauvres). Au-dessus d’eux, sur la terre du terrain de camping, il y avait une Isabelle qui se demandait comment calculer la longueur idéale
    des piquets de tente si celle-ci doit faire 5,6 m carrés de surface (forme igloo), et puis à combien de centimètres (et dans quelle direction) d’un arbre haut de 3,4 m placer la fameuse tente de camping pour être sûre qu’elle soit à l’ombre toute la journée (vu que les températures dans la Drôme dépassaient tous les jours les 30°)… Heureusement qu’il n’a pas plu le jour où nous avons monté la dite tente; cela nous a laissé plusieurs heures de réflexion tranquille pour faire nos petits calculs – sans être
    mouillés.
    Les lézards ont également accompagné nos vacances. Il y en a même un qui, très aimablement, s’est accroché à l’épaule d’un petit garçon dans la piscine du camping; le petit garçon a plongé, le lézard a mouillé ses écailles et rempli sa tuyauterie – tout ceci pour nous montrer ensuite
    comment il étanche sa soif, formidable! La vie est pleine de surprises, ne trouves-tu pas?
    Bon, tout cela ne nous donne pas le cri du kangourou, mais nous finirons aussi par résoudre cette énigme – pour le plus grand bonheur des petits et des grands!
    Bisous
    Isabelle”
    Elle est unique, Isabelle!
    Merci! 🙂

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...