Ceci n’est pas un billet de blog

Je rentre à la maison en vélo en vitesse, un orage s’annonce, on entend des grondements  de tonnerres, le vent se lève et soulève la poussière et les feuilles, des rafales à en être emportés, refoulés. Je fonce sur les pédales, mais ce n’est pas cela qui me tracasse, non, encore une fois ce sont des questions existentielles posées – devinez par qui ? Mais par mes collègues de français à la fac, bien sur, Isabelle (Nicolas) en premier, et Dominique – ex aequo.

J’ai pas le temps de’y réfléchir, je ne veux pas en enquêter la géométrie et les correspondances, je ne peux pas en tirer une maxime, je ne veux même pas chercher les réponse sur internet, c’est trop, je suis emportée, tourmentée, harcelée, tracassée, dépassée par ces questions, je dois m’en libérer le plus tôt possible, vous les poser, vous les relancer, vous les soumettre telles quelles, tout de suite, sur le champ … Donc, comme dit le titre, ceci n’est pas un billet de blog, mais une chronique des matières premières, comme on peut l’écouter tous les matins sur rfi.

http://www.surrealists.co.uk/artistsimages/Magritte-Golconda.jpg

Donc les voilà, les questions malandrines posées pendant un pot en l’honneur d’un ex ambassadeur invité au Centre : pourquoi les verres à vin ont-ils des pieds carrés ? M’interroge Isabelle en me montrant son verre, mais moi j’ai une flûte avec un pied rond, donc je ne sais pas trop quoi dire.  Ah, ça c’est pour ton blog, ajoute Annie ! C’est vrai, mon blog, les flamants roses. Et pourquoi Siggi, le mari d’Annie, a un flamant rose en peluche dans son bureau (il lui a été offert sans aucune relation avec mon blog), et si tu lui tires la ficelle il émet un cri de flamant? Mais un cri de flamant c’est comment ? Et comment s’appelle le fils de la deuxième femme de mon père, qui n’est ni mon demi-frère, ni mon frère de lait, ni rien? C’est mon beau-frère ? Mais mon beau-frère c’est déjà le frère de mon mari, non? D’ailleurs ma belle mère c’est la mère de mon mari, mais aussi la deuxième femme de mon père. (Heureusement que mes parents n’ont pas divorcé !)  Et pourquoi Annie est enregistrée dans le système informatique de l’université comme Anne-Marie, bien qu’elle s’appelle Annie ? Mais sur sa carte d’identité elle s’appelle comment ? Et moi, qui m’appelle Maria Giovanna Tassinari, pourquoi suis-je Tassinari Pfeiffer ? Et Dominique, son nom de jeune fille, c’est Scheffers ou Ferraz ? Et pour passer à Isabelle, comment ca se fait qu’il y a des gens qui croient que Nicolas c’est son prénom ? Et comment s’expliquer qu’elle n’a rien à voir avec Nicolas Sarcozy quand il existe un théorème, le théorème Nicolas-Sarcozy (avec tiret), dont son père est l’auteur ? Et il dit quoi, au fait, ce théorème, qui d’ailleurs a fait la une du Canard enchaîné ?

Et de fil en aiguille (ou plutôt du coq à l’âne), puisqu’Isabelle était au tennis hier soir, quand Annie l’a appelée, quelle est la formule mathématique qui permet de balayer les lignes du terrain de tennis (par exemple du Roland Garros) sans jamais repasser deux fois sur la même ligne ? Et si tu joues au tennis avec un gaucher, et que tu es droitière, c’est la même chose ou c’est différent ? Il les lance de quel coté les balles, le gaucher ?

Tout cela en plein semestre, figurez-vous !

Les voilà, ces questions, pêle-mêle, en vrac, encore crues, pas épluchées, A vous de les trier, de les nettoyer, de les de les couper en fins morceaux, de rajouter les ingrédients qui manquent, de les assaisonner, de les mettre à la poêle ou dans un pot, pour en faire une bouillabaisse ou un pot-au-feu….Mais, avant de les consommer, répondez-moi !

Je pédale et pédale et ces questions tourbillonnent encore dans ma tète, des rafales de questions plus fortes que le vent. Si j’étais Momo, dans La vie devant soi, je projetterais le film en arrière, pour me retrouver à la fac, et pour exiger les réponses qui me manquent. Ou non, plutôt je retrouverais Dominique, que j’ai aperçue en partant s’acheminer en direction du métro, toute seule, avec son parapluie… Attends-moi, Dom, on fait encore un bout de chemin ensemble…

http://www.abcgallery.com/M/magritte/magritte68.html

Annunci
Questa voce è stata pubblicata in questions e contrassegnata con , , . Contrassegna il permalink.

2 risposte a Ceci n’est pas un billet de blog

  1. Scheffers ha detto:

    Bonjour Giovanna,
    Merci pour toutes les parties de ton blog que je peux lire sans effort ! Il reflète assez bien – dans le style – la vie de dingues que nous menons, et les bons moments qui la rendent supportable !
    Maintenant, je décompresse, me décontracte, me détends, me repose, me relaxe, bref, tente de me refaire une santé et pense bien à toi et à vous toutes,
    dominique

    • bloggiovi ha detto:

      Bonjour Dominique,
      merci à toi. Je suis heurese d’entendre que tu es en train de te relaxer. Je pense aussi beaucoup à toi et j’espère te revoir bientot!
      Bises
      Giovanna

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...